LIVRE en PDF : TAOUGRAT ET TAOUKHETALT, DEUX POETESSES DE L’EPOQUE HEROIQUE

Il est des poétesses amazighes qui ont marqué leur temps au fer rouge. Leur courage, la force de leur verbe et leur fougue nous renseignent sur des épisodes précis de la conquête du Maroc et la résistance tragique et héroïque des Imazighen.

Peu d’entre elles sont, toutefois, entrées dans la légende à l’image de Taougrat Oult Aissa N’Aït Sokhman, Mririda N’Aït Atiq ou même Taoukhetalt.

Si Taougrat et Mririda avaient la chance d’avoir intéressé des chercheurs français qui ont réussi à sauver des bribes de leur poésie en la collectant et en la traduisant, nous permettant aujourd’hui de les connaître, Taoukhetalt n’avait pu bénéficier que de la force de la mémoire des membres de sa tribu qui l’ont côtoyée durant sa fuite vers Tazizaout en 1932. Elle avait pris part à cette terrible bataille au cours de laquelle des tribus ont été décimées. Taoukhetalt avait participé à la résistance armée auprès de son mari et de ses enfants qu’elle avait perdus dans les combats. Elle avait également perdu tous ses biens. Ses chants amers, acerbes et blasphématoires sont dirigés contre Sidi El Mekki, le marabout, guide spirituel de la résistance. Ce dernier nommé Caïd à Aghbala N’Aït Sokhman, après la reddition, a contribué à l’asservissement des membres de sa tribu, dont la poétesse Taoukhetalt.

Taougrat, poétesse aveugle et vieille, quant à elle, a intéressé le lieutenant François Reyniers, un militaire français ayant séjourné au Maroc de 1926 à 1930. Il a publié une étude sociologique sur les Aït Sokhmane à travers Taougrat et son histoire. Le livre est intitulé « Taougrat ou les Berbères racontés par eux-mêmes ».

La poétesse Mririda N’Aït Atiq, a été pour sa part pérennisée à travers les travaux que lui a consacrés René Euloge, un instituteur français. En passage dans la Tassaout en 1927, il découvre la poétesse qui se produisait sur le marché d’Azilal en compagnie de quelques chanteuses. 

Son livre «Les chants de la Tassaout [2]» est une traduction de 120 poèmes de Mririda. Il faut signaler que certains textes traduits dans ce livre sont du poète Ali D’Ibakellioun. Euloge a tenu à le préciser. Malheureusement, les textes en Tamazight collectés et transposés par Euloge sont perdus à jamais.

Si la poésie de cette muse amazighe, faite essentiellement de chants d’amour et de désir, nous est parvenue aujourd’hui, c’est grâce à René Euloge, le vieux chleuh comme il aimait s’appeler[3]. Il avait côtoyé la poétesse durant plusieurs mois. Il écrit : « En l’écoutant chanter monts et vallées, avec la vie quotidienne au village, ses drames familiaux, ses joies et ses peines, je me persuadais qu’elle atteignait à ces moments-là la plus haute élévation de pensées et de sentiments et, qu’en paroxysme de ses envolées lyriques, une sorte d’ivresse la transfigurait en l’allégeant des misères terrestres».

Il est triste que des figures poétiques aussi légendaires que Mririda N’Aït Atik, Taoukhetalt et Taougrat Oult Aissa soient complétement ignorées dans l’histoire du Maroc moderne. 

Ces femmes courageuses ont laissé derrière elles des œuvres singulières et puissantes. Mais leur condition d’abord de femmes libres et d’amazighes ne plaidait pas forcément en leur faveur dans un pays qui a choisi de tourner le dos aux Atlas.

C’est cette poésie de la résistance qu’explore dans ce livre collectif le professeur Michael Peyron et Houssa Yakoubi, chercheur en patrimoine oral amazigh.

Le docteur Mustapha Qadery traite, pour sa part, du contexte historique qui a vu naître ces poétesses singulières. 

Je tiens à exprimer ici mes remerciements et ma gratitude à ces trois chercheurs.

[2] Maroc éditions, Casablanca, 1972.

[3] Nous disposons d’un document manuscrit de René Euloge daté de 1972 dans lequel il se donne ce nom. 

Livre préparé et coordonné par : Aksil Azergui

Le livre en PDF est disponible ici :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s