But who are we kidding ?

The mud is not yet dry, the wound opened by the floods in the aching hearts of the inhabitants of many places in the Souss has not yet finished to heal and the Moroccan monarchy already shows its true face, that so many Amazigh people still refuse to see. Seems that the self-hatred has taken over. Mohamed VI has announced a three-day national mourning after the death of Saudi dictator.

A victim of the flood devoured by dogs
A victim of the flood devoured by dogs

But who exactly we make fun of?
In late November, more than forty people have been killed in floods in southern Western Tamazgha. The victims and their families have been treated as outcasts, abandoned to their fate. The dead bodies thrown as rubbish on the garbage trucks, some have been abandoned and devoured by wild animals. While an entire region has suffered a martyrdom, the monarchy, detached from the reality of the country, sent two airplanes loaded with aid, including food and medicine, to Liberia.
No national mourning was declared after these tragic events. No assistance has been provided to the victims, left to die in the total indifference. Dead or alive, those are worth nothing, not a tear or a simple glance.

sud3
Why declare a national mourning after the death of Saudi dictator? What binds the people of Western Tamazgha (Morocco) to the Saudis, these exporters of barbaric Wahhabism, a country in which the most basic human rights are violated, in which the women are treated as objects and which it also prevents driving a car or to go out unaccompanied?
If Mohammed VI wants to declare the national mourning for the death of his Wahhabi « boyfriend », would do better to decree it within the walls of his palace. Impose it to the entire population is an insult to the victims of the floods and to all citizens affected that still asking for help that will never come.

A. Azergui

Thanks Rita for translating

Mais de qui se moque-t-on ?

La boue n’est pas encore sèche, la blessure provoquée par les inondations dans les cœurs endeuillés des habitants de plusieurs localités dans le Souss n’a pas fini de se cicatriser, que déjà la monarchie marocaine montre son véritable visage que beaucoup d’Amazighs refusent encore de voir. Il paraît que la haine de soi a pris le dessus. Mohamed VI a annoncé un deuil national de trois jours après la mort du dictateur saoudien. Il a « donné ses instructions royales » pour que le drapeau de Lyautey soit mis en berne dans les administrations publiques et les ambassades de la monarchie à l’étranger. Le deuil est national et le mort est étrange et étranger.

Mais de qui on se moque au juste ?

A victim of the flood devoured by dogs
La dépouille d’une victime des inondations dévorée par des chiens

Fin novembre dernier, plus de quarante personnes ont trouvé la mort lors d’inondations survenues dans le sud de Tamazgha occidentale. Les victimes et leurs familles ont été traitées comme des parias, abandonnées à leur triste sort. Des cadavres de victimes jetés comme des déchets dans des camions poubelles, certains ont été abandonnés et dévorés par des animaux sauvages. Alors que toute une région souffrait le martyr, la monarchie, déconnectée de la réalité du pays, se permet d’envoyer deux avions remplis de dons, notamment de denrées alimentaires et médicaments, au Liberia.

Aucun deuil national n’a été décrété suite à ces évènements tragiques. Aucune aide n’a été apportée aux victimes laissées mourir dans l’indifférence totale. Morts ou vivants, ces « chleuhs » ne valaient pas un clou, une larme ou un simple regard.

Pourquoi décréter un deuil national suite à la mort du dictateur saoudien ? Qu’est-ce qui lie les habitants de Tamazgha occidentale (Maroc) aux Saoudiens, ces exportateurs de wahhabisme barbare, ce pays où on viole les droits humains les plus élémentaires, où les femmes sont considérés comme des objets et sont empêchées même de conduire une voiture ou de sortir non accompagnées.
morts
Si Mohammed VI veut décréter un deuil national à la mort de son copain wahhabite, qu’il le décrète entre les murs de son palais. L’imposer à tous les habitants est une insulte à la mémoire des victimes de ces inondations et à tous ces citoyens sinistrés qui réclament toujours des aides qui n’arriveront jamais.

nouvelan
A. Azergui

L’humiliation au delà de la mort !

Au moins trente-six victimes, plus de cent-cinquante maisons détruites, plusieurs dizaines de routes et de ponts récemment construits éventrés. Et surtout, une colère noire et sourde contre la monarchie. C’est le bilan des inondations provoquées par les pluies diluviennes qui s’abattent depuis deux semaines sur plusieurs régions du sud de Tamazgha Occidentale. mortsRégions «inutiles »

Ces inondations ont révélé le vrai visage de l’Etat marocain : hideux et misérable. D’abord par la faiblesse de ses infrastructures dans les régions du sud et du Sud-Est, et puis par l’impuissance de ses pompiers, de ses militaires et de ses institutions qui ne se soucient de rien et de personne. Rien n’a été fait pour sauver de pauvres femmes et hommes que la crue trainait vers la mort devant les yeux impuissants de leurs proches. Les différents services de l’Etat ont brillé partout par leur absence ou presque. Normal ! Cette partie du pays est inutile. Elle n’a droit à rien. Ni aux autoroutes, ni au réseau ferroviaire, ni aux hôpitaux, ni aux universités, ni aux écoles. L’axe Casablanca – Kénitra – Tanger a raflé tous les grands projets de développement, alors que les autres régions vivent dans une misère noire. Le Sud ne subit que la colère de la monarchie et les aléas de la nature inhospitalière alors que ses richesses minières sont pillées au quotidien par des entreprises qui ne rendent compte à personne. Imider en est témoin.

Mépris

Il suffit de voir ces images de morts transportés sur des branches d’arbres et entassés par la suite dans un camion poubelle de la Mairie pour se rendre compte que la vie ne vaut pas un clou dans ces régions. Les vivants comme les morts n’ont aucun droit. On a vu des hommes se jeter dans la gueule de la crue pour sauver des victimes par ce qu’ils savaient qu’aucun pompier ne volera à leur secours. Personne ne se soucie d’eux. Morts ou vivants. Ils le savent depuis des décennies.

Il suffit de voir aussi ces images de pompiers et de militaires, mobiliser de gros moyens, dont des hélicoptères et des bulldozers, pour sauver des touristes européens victimes de ces mêmes inondations pour se rendre compte que la vie d’un Amazigh ne vaut rien. Mercredi 26 novembre, deux touristes, une polonaise et un espagnol, bloqués par la crue à Zagoura, ont été secourus, selon des médias marocains, par hélicoptère alors que des habitants bloqués avec eux ont été abandonnés sur place.

Toute la  région souffre dans l’indifférence et fait face à une catastrophe de grande ampleur. Les autorités ne bougent pas le petit doigt. Les habitants n’ont pas la chance d’être des palestiniens.
Pendant ce temps…

Alors que des régions entières sont en alerte maximale à cause de ces inondations et que des habitants coupés du monde, notamment dans les Atlas, ne trouvent pas de quoi se nourrir, la monarchie marocaine ferme les yeux et refuse de déclarer l’état de catastrophe naturelle dans les régions sinistrées dans le but d’empêcher ces régions de bénéficier d’indemnisations et d’aides conséquentes. Le gouvernement marocain regarde ailleurs. Il se permet d’envoyer deux avions remplis de dons royaux, notamment de denrées alimentaires et médicales, au Liberia.

Autre provocation. Le PJD, le parti islamiste au gouvernement, se permet d’organiser ce samedi 29 novembre un meeting de soutien aux Palestiniens dans la ville de Bouyzakaren, l’une des villes sinistrées.

Plus kafkaïen encore, au moment de ces entorses aux droits des habitants, un forum international des droits humains se tient à Marrakech. On y vantera certainement les « avancées enregistrées » par la monarchie alaouite dans le domaine des droits de l’Homme.

Deuil national !

Dans une démocratie, des têtes seraient déjà tombées. Chez nous, elles seront couronnées. Des médailles leur seront offertes. Trente-six morts ! Trente-six victimes de politiques étatiques désastreuses, ségrégationnistes et racistes. Un Etat qui se respecte, aurait déjà déclaré un deuil national. Mais non. Pourquoi se presser ? Le Berbère, ce sous-homme dominé, colonisé et méprisé, ne vaut rien et ne mérite rien si ce n’est l’humiliation et la mort !

Réaction ridicule. Le palais royal a promis la prise en charge de l’enterrement des victimes de ces inondations. Pas plus. Le palais ne fait en réalité qu’enterrer des habitants que ses politiques ont permis d’achever.

A. Azergui

Sud-Est

sud2sud3